Ton futur boss a-t-il le droit de fouiller tes profils en ligne?

Ce matin, en vérifiant tes mails, tu découvres avec joie qu’un recruteur accepte de te rencontrer en vue d’un stage dans une grande entreprise. Ayant affirmé ton sérieux et ton futur dévouement, tu es assuré que cet entretien ne peut que bien se passer.

Pour autant, Johnny, ton meilleur ami, te met en garde : toutes tes photos où tu apparais dans le plus simple appareil ou un petit peu trop alcoolisé, tes tweets de lendemain de soirée ou ceux envoyés du fond de l’amphi (qui témoignent clairement de ton indifférence croissante pour le droit du service public ou le marché financier allemand), toutes ces informations seraient visibles par tous et désormais vérifiables par les futurs employeurs.

Si ta future embauche te semble menacée par des profils pas toujours très cleans, reste assis, Lawyered va t’aider à démêler le vrai du faux.

Ton futur employeur vérifie-t-il vraiment ta e-réputation sur les réseaux sociaux ?

Il faut se faire une raison : si nos parents commencent à envahir les réseaux sociaux, il est fort probable que ta future boîte n’hésite pas à faire un tour sur FB, Instagram et LinkedIn pour gratter deux trois infos sur toi.

Comme il suffit de taper ton nom dans une barre de recherche pour te retrouver, rien n’empêche ton recruteur d’utiliser son clavier et sa souris avant de te rencontrer. Mais pour cela, une question s’impose:

A quel moment ton profil devient-il public ?

Le Code Civil comme la Convention Européenne des Droits de l’Homme protègent la vie privée et, traditionnellement, on considère que tout ce qui est extra-professionnel en relève.

Pour autant, l’ère d’internet a changé la donne et, comme le dit le psychanalyste Serge TISSERON, « Facebook est un boulevard. Tout ce qui s’y dit est public. ».

Si le Parlement ne s’est pas encore prononcé sur la question, une petite précision a été apportée par la Cour de Cassation dans un arrêt du 19 novembre 2010 : ton compte FB est public s’il est paramétré de sorte que les « amis » de tes « amis » puissent consulter ton mur.

Ok, mais peut-il te refuser le job de tes rêves à cause de photos un peu limites ?

Légalement, nope.

L’article L 1132-1 du Code du Travail dispose qu’aucune personne ne peut être écartée d’une procédure de recrutement OU de l’accès à un stage, ni ne peut être sanctionné ou licencié du fait de mesures discriminatoires, directes ou indirectes. On ne pourra alors pas t’opposer ton origine, ton sexe, ton orientation sexuelle, ton identité de genre, ton âge, tes opinions politiques, tes convictions religieuses,  et encore moins tes mœurs.

De toutes façons comme le rappelle l’article L 121-6 du Code du Travail, “les informations demandées, sous quelque forme que ce soit, au candidat à un emploi ou à un salarié ne peuvent avoir comme finalité que d’apprécier sa capacité à occuper l’emploi proposé ou ses aptitudes professionnelles”.

En gros,

les recherches de ton futur patron doivent être per-ti-nentes :

ok pour tes diplômes et les références figurant sur ton CV, pas ok pour tes vacances à Ibiza.


Tu peux aller te déhancher tranquillement en boite tout le weekend, et finir complètement torché avec photos à l’appui : si tu n’es pas embauché, selon la loi, ce ne sera pas la cause de ton malheur.

Pour autant, dis toi bien qu’en réalité, si tu ne sembles pas assez sérieux, raisonnable ou travailleur, on trouvera bien un moyen de te refuser le poste.

Ton recruteur peut-il former un accord avec FB, Twitter ou Snapchat pour avoir accès à tes infos ?

Non.

Déjà, la loi du 6 janvier 1978 interdit la collecte de données par tout moyen frauduleux, déloyal ou illicite : un tel accord serait clairement contraire au droit à la vie privée.  

Aussi, Facebook par exemple, a plusieurs fois assuré qu’il ne divulguera jamais nos informations personnelles à des tiers. Il en est de même pour la plupart des réseaux sociaux.

Des conseils ?

  • Assure toi que seuls tes amis pourront voir ta dernière publication FB, à savoir une photo avec Josiane et Léopoldine légendée « Mwa é mes cops o koncert 2 Justin, amusez vs b1 en amphi lé loosers »
  • Ne poste pas quelque chose que tu pourrais regretter – si c’est le cas, met le directement en privé
  • Si Twitter est ton journal intime 2.0, utilise un pseudo ou met le en privé
  • Vérifie les paramètres de confidentialité de tes différents profils
  • Si tu veux savoir ce que le net a sur toi, une rapide recherche de ton nom + prénom dans la barre de recherche te donnera un petit aperçu
  • Astuce ? Quand tu tag un pote sur un post trop drôle, ne met que son prénom, Google aura plus de mal à retrouver sa trace 

Lawyered !

Qoutayla HILALI

Sources

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *