Détérioration accidentelle au musée: quelles conséquences ?

Chaque fois que je vais au musée, la même question me vient à l’esprit : “les Grecs et les Romains avaient-ils vraiment tous des micropénis comme leurs statues ?”.  

statue-grec-abime-art.jpg

Ce n’est cependant pas cette problématique que l’article va traiter.  Je vais aujourd’hui parler de l’autre question qui me traverse l’esprit chaque fois que je vois une pièce fragile ou une oeuvre d’art mal protégée. Je ne peux m’empêcher de penser, bien malgré moi: que se passerait-il si “quelqu’un” venait à pousser “sans faire exprès” le vase antique exposé devant moi ?

Sachant que le vase coûte probablement une fortune, devrais-je le rembourser au musée ?

Je ne détériorerai jamais intentionnellement une oeuvre bien entendu, par respect pour l’art. Mais je ne peux pas sortir cette pensée de mon esprit. Un peu comme le fait de pousser un ami qui, à ses risques et périls, s’aventure trop près du bord de la piscine.

Mais dans la mesure où, à part quelques abrutis, et détraqués psychologiques, il faut vraiment être très doué pour réussir à détruire une oeuvre d’art sans faire exprès. Existe-t-il vraiment des gens de bonne foi assez maladroits pour détruire une oeuvre d’art ?

Il suffit de demander à Nick Flynn, visiteur anglais du musée Fitzwilliam qui, par maladresse, a détruit trois vases chinois de la dynastie Qing.

maladroit-musee-chaplinMusée Fitzwilliam à Cambridge, 25 janvier 2006. Nick Flynn se promène tranquillement dans le musée: “ […] Il s’approche de l’escalier sans s’apercevoir qu’un de ses lacets est dénoué. Il s’avance vers la première marche, met le pied sur le lacet, trébuche et, sous les yeux ahuris des visiteurs, dévale l’escalier jusqu’en bas. Il aurait bien voulu s’agripper à une rampe, mais il n’y en a pas
! Que du marbre lisse ! Il glisse jusqu’au rebord d’une fenêtre. Son pied heurte un vase chinois posé sur une plaque en marbre. Le choc le fait trembler. À côté de lui, quatre autres grands vases. La suite est digne d’un film de Charlie Chaplin ou de Buster Keaton. Le fameux effet domino. Trois des vases de la dynastie Qing vacillent, explosent au sol ! Un massacre ! […] ”.
Karin Müller – 100 crimes contre l’art

Précisons tout de même que la valeur totale de ces pièces était de 140 000 euros… Oui, il y a de quoi s’inquiéter.

Je m’interroge donc immédiatement: Si je tombe, entraînant une oeuvre inestimable dans ma chute, quelles conséquences pour toi ou moi, outre le sentiment de culpabilité d’avoir détruit une pièce d’une grande valeur culturelle ?

A ce stade là, deux situations vont être à analyser : la chute malencontreuse et la chute « malencontreuse ». Et oui, en chaque personne se cache un côté sombre qui ne se laisse pas attendrir par l’art !

deterioration-oeuvre-musee-art.jpg

 La chute malencontreuse 

Que les plus maladroits d’entre vous se détendent ! A été inventé un truc qui coûte cher à la longue mais qui dans le fond est vraiment pratique : l’assurance !

Hé oui, les musées eux aussi sont assurés. Et ils font plutôt attention à cela ! Quand sont présentées des œuvres valant, pour certaines, plusieurs millions d’euros, mieux vaut prévenir les risques quant à leur perte ou endommagement… Aussi, si les contrats d’assurance portent essentiellement sur les risques naturels et de vol, le risque lié aux accidents humains est aussi couvert.

Mais sur cedernier point, les assureurs tiennent à tendre vers le risque 0.

Et les musées sont particulièrement bien encadrés à l’échelle internationale pour organiser leur structure afin de protéger les œuvres qui y sont exposées. En effet, dans le cadre de l’UNESCO, a été créé l’ « International Council of Museum » (ca claque hein !) : et hop, ni une ni deux, un rapport de 231 pages était pondu sur le thème « Comment gérer un musée » !Quel était un des premiers thèmes abordés ?
Tout simplement ceci: « Préservation des collections ». C’est à cause de ça que tu ne peux pas te pencher pour voir le détail du maître sur son œuvre sans qu’un vigile vienne te déranger.

Si jamais tu te posais la question, sache que l’Etat est en général assureur des musées nationaux. Vue la valeur totale des œuvres exposées au Louvre, il se pourrait bien que les assureurs aient raté le contrat de leur vie…

Bon évidemment, ça c’était le cas gentillet où tu t’es vraiment as trébuché sans faire exprès ! Et si jamais tu n’es pas convaincu de cette possibilité, tu trouveras ici un article du Monde qui retrace quelques unes de ces maladresses…

La chute « malencontreuse » 

Cette partie s’adresse aux lecteurs les plus imperméables à l’art, à tel point qu’ils aimeraient le détruire ! Toute la différence est qu’ici il sera démontré que tu avais bel et bien l’intention de causer du tort à ton œuvre-cible.

Dans ce cas saches que tu t’exposes non seulement à des poursuites civiles mais également pénales.

vase-casse

Civiles tout d’abord, puisque le propriétaire de ta cible et son assureur voudront te voir réparer le préjudice qu’ils ont subi. Pour cela ils agiront sur l’article 1240 du Code civil, qui prévoit que l’auteur d’un préjudice doit réparer le dommage que ce préjudice a causé à sa victime… De combien parle-t-on, très franchement ? Au minimum les frais de restauration (qui peuvent très rapidement te couter un bras), et plus selon les dégâts que tu as causés et si l’œuvre n’est pas récupérable… Alors un conseil, fais attention quand même à la valeur de l’œuvre à laquelle tu t’attaques !

Pénales également, car le propriétaire du musée risque de vouloir porter plainte contre toi. Dans ce cas, saches que l’article 322-1 du Code pénal sanctionne la destruction, dégradation, ou détérioration d’un bien appartenant à autrui.

Monet-ArgenteuilBasinWithASingleSailboat.jpg

C’est d’ailleurs ce qui est arrivé en 2012 à Dublin à un Irlandais, qui avait donné un coup de poing au tableau « Le Bassin d’Argenteuil avec un voilier« , de Monnet. Le coupable avait écopé d’une peine de 5 ans de prison, en application du droit Irlandais. De quoi faire réfléchir…

Fais attention à bien lacer tes chaussures la prochaine fois que tu vas au musée !

Lawyer(ed) !

Baptiste Romano

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s