Acheter une étoile: est-ce possible ?

Cette année, la Saint Valentin, échec complet. #drama. Ton cadeau n’a pas plu… Alors désormais, tu veux être original. Après avoir cherché pendant des heures et épluché tous les  « top 50 des bonnes idées », une idée t’a traversé l’esprit. Et si décrocher une étoile était possible ?

En recherchant sur internet, de multiples sites proposent d’« offrir, nommer, baptiser une étoile », avec un coffret customisé, cartes du ciel et gadgets inclus.

Les offres sur le marché sont très alléchantes, enfin du moins en apparence. Les prestataires proposent notamment d’enregistrer le nom choisi dans un registre international pour des prix variant entre 50 et 200 euros en fonction de la taille et de la brillance de l’étoile. A toi de choisir entre une simple étoile lambda ou une « étoile supernova », l’étoile des étoiles ! Un certificat de « baptême » imprimé et le tour est joué ! Tu as acheté les étoiles pour les mettre dans les yeux de ton amoureux(se).

etoiles2

Pour autant, est-il légalement possible d’acheter ou de nommer une étoile ?

Rien qu’en lisant les conditions générales de vente des « vendeurs », on peut déjà émettre certaines réserves. Celles-ci font référence à la transmission d’une « propriété symbolique » et au caractère purement privé des registres en cause. Une étoile pourrait donc être nommée plusieurs fois par des personnes différentes selon les registres propres à chaque entreprise. Le nom donné à ton étoile ne serait donc pas si unique !

Juridiquement, seule l’UAI (Union Astronomique Internationale) peut nommer et répertorier les objets célestes dont les étoiles. Ainsi, seul le nom assigné par cet organisme sera reconnu et utilisé par les scientifiques et les organisations officielles internationales. Des objets nouveaux peuvent certes porter le nom de leur découvreur, mais c’est évidemment au bon vouloir de l’UAI.

L’existence d’un catalogue international unanimement reconnu par tous permet la compréhension harmonieuse des cartes et facilite ainsi les recherches. Les autres catalogues n’ont qu’une valeur officieuse, et le listing ne sert qu’à proposer les étoiles « à la vente ». Ils ne représentent ainsi que le fonds de commerce de ces entreprises et n’ont aucune valeur juridique.

En pratique, s’il est vrai que les étoiles portent des noms grecs, arabes ou latins, la désignation de la majorité des étoiles résulte de combinaisons de chiffres et de lettres et ce pour des raisons de commodité. Rien à voir donc avec le nom de ton/ta petit(e) ami(e).

L’UAI sur son site rejette clairement toute association directe ou indirecte avec ces entreprises « vendeuses » d’étoiles, et déconseille aux internautes de se livrer à ce genre de pratiques. Aujourd’hui, si une entreprise mentionne à tort le nom de l’UAI, elle s’expose potentiellement à des poursuites.

Si l’objet est louable, la beauté du ciel ne manquant pas de faire rêver, il est encore plus décevant de découvrir que tout ceci n’est qu’artifice. Finalement, aucun droit de propriété n’est conféré au porteur du nom. Le nom donné ne sera jamais reconnu et ne servira jamais de référence officielle. Alors, ça fait un peu cher l’illusion, non ?

Autant redescendre sur terre et trouver un cadeau avec plus de substance.

Lawyered !

Eva Carillet

Sources :

https://www.iau.org/public/themes/naming/

https://www.iau.org/public/themes/buying_star_names/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *