Si toi aussi tu as menti sur ton CV…

La pratique de « l’embellissement » du CV serait pratiquée, selon les DRH, par plus d’un quart des candidats. Cela conduit certaines entreprises à faire appel à des services de « Global Screening » qui permettent de vérifier les diplômes, la scolarité, les références professionnelles, mais aussi l’identité du postulant ou ses éventuels antécédents judiciaires.

Comme souvent en matière de mythomanie, le degré de gravité est proportionnel à la taille du mensonge ! En droit, on exige que le consentement de l’employeur ne soit pas vicié. Autrement dit, l’élément mensonger ne doit pas avoir été déterminant pour l’employeur dans sa décision de vous recruter.

Degré d’exagération toléré:

Rappelons qu’exagérer et falsifier sont deux choses bien distinctes… (On espère ne rien vous apprendre). Le fait de falsifier un document, un diplôme ou un certificat peut être qualifié pénalement de faux ou d’usage de faux, délit –accessoirement- passible de trois ans d’emprisonnement et de 45000 € d’amende.

Ensuite, l’exagération sur le CV ou en entretien doit être raisonnable, et ne doit pas, à elle seule, provoquer la décision d’embauche. Plus concrètement, il n’est pas grave de prétendre avoir fait 4 mois de stage au lieu de 3. En revanche, prétendre avoir une ancienneté d’un an, ou avoir fréquenté un établissement prestigieux est plus risqué. Cela a pu convaincre l’employeur de vous recruter plutôt qu’un autre à compétences égales. A l’instar de Rachida Dati, qui se targuait d’un MBA d’HEC…non validé!

Mentir sur ses compétences professionnelles… Aïe !

Par ailleurs, plus votre mensonge a trait à vos compétences techniques, plus vous êtes exposé. En pratique, les mensonges sur la situation maritale, le lieu de résidence ou les hobbies sont souvent sans conséquences. Par exemple, si vous omettez de mentionner votre triple redoublement en 1ere année de fac, ou que vous déguisez votre addiction à Guitarhero en « internat au conservatoire », vous perdrez simplement l’estime et la confiance de votre boss quand il le découvrira. En revanche, on vous déconseille de mentir sur vos diplômes, sur votre expérience ou votre précédente boîte. Tous ces éléments sont souvent déterminants pour le recrutement, et on pourra légitimement vous reprocher de ne pas avoir été honnête sur votre capacité à occuper le poste. Quant à l’anglais, le péril majeur est qu’à tout moment de l’entretien on vous demande de passer en mode VOSTFR, donc finalement pour éviter une bonne grosse honte, il vaut mieux rester honnête sur le sujet.

Concrètement quels sont les risques ?

Si vous êtes encore candidat, vous prenez le risque d’être recalé si l’on vous démasque. Une fois en poste, c’est la sanction disciplinaire pouvant aller jusqu’au licenciement qui vous pend au nez. Pour justifier un licenciement, l’employeur devra prouver que sans ce mensonge il ne vous aurait pas embauché. Il ne peut pas se contenter d’alléguer que le lien de confiance a été rompu. A noter que si vous avez menti ou dissimulé volontairement la réalité de votre situation professionnelle à plusieurs reprises, vous encourrez un licenciement pour faute grave (Adiós l’indemnité de licenciement et de préavis !).

Mais, rassurez –vous, dans le monde du travail, tout mensonge n’est pas péché. En principe, pendant l’entretien d’embauche, vous avez l’obligation de répondre de bonne foi et donc de ne pas mentir. Néanmoins, face à une demande non pertinente du recruteur, vous bénéficiez d’une sorte de « droit au mensonge ». Par demande non pertinente, on entend celle dont la finalité n’est pas d’apprécier les capacités à occuper le poste proposé, celle qui n’a pas de lien direct et nécessaire avec l’emploi. Exemple : « Est-ce que tu couches ? » … pas pertinent !

Lawyered !

Par Fanny Garcia Janis

Nous nous dégageons de toute responsabilité relative aux informations divulguées sur http://www.lawyered.fr

Sources :

  • Editions Tissot , Collection « Ai-je le droit ? » n°383 du 31 mars 2016
  • L1221-6 C.trav.
  • Les cahiers du DRH, Bloc notes, N° 220, 2015
  • Droit du travail au quotidien 2015 , Ouvrage Lamy, 105-10

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s