Que devient mon compte Facebook à ma mort ?

Voilà une question ô combien existentielle, que de nombreuses personnes se posent.

Certains revendiquent le droit d’effacer toute trace de leur existence sur internet. D’autres, souhaitent au contraire que leurs comptes sur les réseaux sociaux puissent continuer d’exister même après leur mort, comme une sorte de mémorial, où tous leurs proches viendraient pour y faire leur éloge.

Ce qui se passe actuellement :

Seul Facebook s’est penché sur cette question.

Le réseau offre la possibilité à tous ses utilisateurs de décider à l’avance ce que deviendra leur compte à leur mort. On peut ainsi décider, après la désignation d’un légataire, de faire de son compte : « un compte de commémoration », où notre famille et nos amis pourront continuer de partager des souvenirs après notre décès. Il s’agit du fameux compte Facebook « en souvenir de ». On peut également choisir à l’avance, la suppression définitive de son compte Facebook à sa mort.

Toutefois, il est très probable que l’on n’ait pas planifié ce qu’il se passera à ce moment-là. Particulièrement quand on a 20 ans. Il est ainsi toujours possible, pour la famille et les amis, de remplir un formulaire permettant de signaler le décès de la personne et de choisir entre la suppression définitive du compte ou la transformation de ce compte en mémorial.

Enfin, dans le cas glauque où personne ne se soucierait de notre mort, le compte continuera d’exister comme si de rien n’était, même s’il sera en réalité inactif.

Facebook, le plus grand cimetière virtuel du monde ?

Devant la multiplication des défunts présents sur les réseaux sociaux, le gouvernement a décidé de réagir. Cette future loi permettra de définir le cadre juridique de ce qu’on appelle la « mort numérique ».

 

Ce qui va changer avec la loi pour une République Numérique :

Un texte concernant la « mort numérique » est prévue au sein du projet de loi pour une République Numérique. Ce dernier a déjà été adopté par l’Assemblée Nationale. Toutefois le projet est encore en discussion devant le Sénat.

Cette future loi prévoit la possibilité pour chacun de contrôler l’utilisation de ses données et d’organiser un testament numérique. Ce dernier consisterait à adopter des directives anticipées, permettant de désigner des héritiers. Ceux-là seront classés par ordre, afin de gérer nos comptes et toutes nos données personnelles sur internet, après notre mort.

Ainsi n’hésite pas à choisir entre les deux options qui s’offrent à toi et à réfléchir dès à présent, à ton futur héritier numérique parmi tes potes et ta famille.

En tout cas, nous voilà rassurés, nos proches ne tomberont normalement pas sur nos conversations privées !

Sources :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *