Le « scandale Facebook »


Pas possible d’être passé à côté, la semaine dernière le scandale « Facebook » a fait la une de l’actualité aux quatre coins de la planète. En quelques lignes, Lawyered va essayer de t’expliquer les tenants et les aboutissants de cette histoire qui fait beaucoup de bruit !

Le début du scandale :

Tout a commencé avec une révélation dans la presse. Facebook, le célèbre réseau social américain, aurait laissé « fuiter » les données personnelles de plusieurs dizaines de millions d’utilisateurs, majoritairement des citoyens américains.  

Ces données sont notamment parvenues dans les mains de l’entreprise britannique d’analyse de données Cambridge Analityca. Ce qui est fâcheux, c’est que cette société a largement collaboré dans le passé avec Donald Trump, alors qu’il n’était encore que candidat à la Maison Blanche. Cette fuite de données a donc potentiellement eu un impact important sur les élections américaines, les équipes de Donald Trump ayant bénéficié lors de la campagne de précieuses informations afin de mieux cibler les électeurs.

Que va-t-il désormais se passer ?

Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a été auditionné pendant près de 5 heures la semaine passée par les sénateurs américains pour s’expliquer sur ce scandale. La Commission Européenne souhaiterait également que le fondateur du réseau social soit entendu devant le Parlement européen. Plusieurs enquêtes à un niveau plus national ont été lancées.

Aux Etats-Unis, la législation limitant l’utilisation des données récoltées par les sites internet est faible et ne permet pas une protection adéquate.

En revanche, au sein de l’Union européenne, le tout nouveau « Règlement général sur la protection des données » (RGPD), qui va entrer en application dans un peu plus d’un mois, changera complètement la donne.

Contenant de nombreuses dispositions visant les entreprises, ce texte leur imposera notamment d’adopter une communication plus claire sur la collecte et le traitement des données personnelles de leurs clients. On peut aussi noter un durcissement des conditions d’accord explicite pour la conservation et l’utilisation de ce type de données ou encore la consécration d’un « droit à l’oubli numérique ». Facebook a d’ores et déjà annoncé qu’il allait se conformer à cette nouvelle législation et en a même fait la publicité dans plusieurs journaux européens !

Pour conclure : Toujours être prudent lorsque l’on partage des informations personnelles en ligne !

En plus de l’impact qu’a sûrement eu l’utilisation de ces données sur les élections américaines de 2016, ce scandale montre plus largement que presque toutes nos informations personnelles sont désormais utilisées à des fins commerciales. Redouble donc de prudence sur ce que tu partages sur les réseaux sociaux ! Notamment, prend grade à certains jeux, comme des quizz Facebook, qui n’ont pour seul but que de siphonner le plus d’informations possibles !

Aussi (et pour le salut de tes potes) :  arrête de raconter toute ta vie sur Facebook, Twitter et Instagram 😉

Lawyered is watching you !

Victor Leblanc