Voyance : que faire face aux arnaques ?


Tu en as marre de ne pas savoir de quoi demain sera fait ? Tu te demandes si finalement tu gagneras au loto ou quel est le sujet du prochain partiel de compta ou de droit administratif ? N’hésite plus, M. Samou et autres marabout’de ficelles sont là pour te prédire ton avenir plus un extra. Il est grand temps de prendre son destin en main et de lever les arcanes magiques de la voyance.

Collection de petites annonces de marabout sur le site megabambou.com

Toutefois, tu n’as pas envie de te faire arnaquer par un démon du multiverse de l’ami Docteur Strange, on comprend. Lawyered est là pour prévoir ta situation juridique.

 

Alors la voyance c’est quoi juridiquement ?

Et bien là nous ne voyons rien justement ! Aucun texte juridique ne définit clairement la voyance ou les arts divinatoires. Dès lors, ils n’ont pas d’existence et restent mystiques. Habile, mais je ne suis pas plus avancé me direz-vous.

Alors certes, il existe bien un Institut National des Arts Divinatoires (non ce n’est pas Poudlard ou Beauxbâtons…) mais cet Institut a statut d’association loi 1901 et a été fondé en … 1987. Il ne promeut qu’une voyance « honnête » en édictant une « charte éthique ». Le législateur n’a donc rien à voir avec cette matière qui reste toujours dans le floue juridique.

 

Mais du coup, comment faire si je me fais avoir par un charlatan ?

Pas de panique jeune apprenti voyant, nous avons ta réponse.

Tout d’abord si tu sens que Madame Irma t’a un peu mytho, tu peux alors réclamer réparations sur le terrain du droit commun des obligations.

En effet, si le voyant t’a promis de tout mettre en œuvre pour que tu retrouves l’être aimé ou bien que tu puisses sauter du 5ème étage et voler, cela constitue une obligation de moyens. La preuve que le ou la voyant(e) ait tout mis en œuvre est difficile à établir car la profession n’est pas juridiquement reconnue justement…

En revanche, si Madame Irma vous a promis que vous alliez gagner le super congélateur à Ricard de la loterie de la supérette du coin et que cela ne se passe pas comme prévu, c’est une obligation de résultat. Si vous ne gagniez pas, vous pouvez demander le remboursement des sommes ainsi que des dommages et intérêts.

Ensuite, selon le droit de la consommation, si la voyance se fait par téléphone portatifs  il est nécessaire que le professionnel informe clairement le consommateur sur : l’offre, le prix, la qualité, l’identité de l’entreprise, les conditions spécifiques de la vente et de la prestation de service.

Dans le cas contraire, tu peux dénoncer le plaisantin aux services de la DGCCRF (Direction Générale de la Consommation et de la Répression des Fraudes, qui prédira l’amende du monsieur ou de la madame).

Enfin, niveau droit pénal, il est toujours possible de parler de délit d’escroquerie.

Il faut savoir que l’escroquerie est le fait, soit par l’usage d’un faux nom, soit par l’abus d’une qualité vraie, soit par l’emploi de manœuvres frauduleuses, de tromper une personne physique (donc toi) et de la convaincre à remettre des fonds, des valeurs ou un bien quelconque ou à fournir un service ou à consentir un acte opérant obligation ou décharge (ton argent).

Si notre marabout, te persuade que sacrifier un éléphant, le soir de la pleine lune, avec un unijambiste habillé d’une parka vert fluo, réalisera tous tes vœux, tu t’es probablement fait escroqué. Bravo… Bien joué.

En revanche, tu auras toi, jeune être crédule, le pouvoir de porter plainte et de prédire au marabout une jolie peine pouvant aller jusqu’à 5 ans d’emprisonnement et 375 000 euros d’amende. Sans oublier les dommages et intérêts que tu pourras lui demander.

Donc la prochaine fois qu’une personne tente de te prédire le retour de Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom dans du café en échange de quelques billets tu sauras ce qu’il faut faire !

 

Lawyered !

Hugo G. Kerbib