Resto-basket : qui paie mon café ?

« Run Forrest, Run!  »

Que ce soit pour une addition un peu trop salée, une bière pas fraîche, ou “juste pour se marrer”, tu as forcément une bonne excuse pour avoir hésité, juste une fois, à faire un resto-basket.

Si tu vis sur une autre planète et que tu n’as jamais entendu parlé de ce concept, ça consiste en gros, à partir en courant d’un resto/café/PMU afin d’éviter de payer ton assiette de frites/café/bière.

Du coup, te voilà lancé plus vite que prévu dans un marathon pour échapper à la serveuse. Dans un élan de lucidité, tu te demandes quand même ce qui va bien pouvoir t’arriver. Heureusement, Lawyered est toujours là pour te conseiller !

Qu’est ce que je risque si la serveuse me rattrape ?

Bon, tu n’étais finalement pas vraiment prêt pour le Marathon de Paris et la serveuse t’a rattrapé. Tu vas avoir affaire au patron et ça ne va pas être une franche partie de rigolade.

S’il appelle les flics, on va pas te mentir, t’es un peu mal barré. En effet, tu dois savoir qu’avec cette petite histoire, tu viens quand même de commettre un délit. Ce n’est pas vraiment du vol, ni une escroquerie mais un délit de filouterie (si, si, de filouterie) ou de grivèlerie, puni par l’article 313-5 du code pénal.

Pour que l’acte soit considéré comme de la filouterie, le code pénal exige plusieurs conditions :

  • Tu dois d’abord avoir commandé des aliments ou des boissons,
  • Ensuite, tu dois avoir utilisé le service, c’est à dire bu ton café ou mangé tes frites.
  • Ce faisant, tu devais être conscient de ne pas pouvoir payer
    OU
  • Être parti volontairement sans régler ta dette.

Bilan : dans le pire des cas, si tu te fais choper, tu risques 6 mois de prison, et 7 500€ d’amende.. Et là, ça fait un peu cher le café !

Et si, grâce à ton âme de Forest Gump, la serveuse ne t’a pas rattrapé ?

Soulagé, tu penses être sauvé. Jusqu’à ce qu’un ami te rappelle que par ta faute, la serveuse a sûrement dû payer ton addition. Aïe..

En tant que grand expert du code du travail, tu n’es pas sans savoir qu’un employeur n’a pas le droit de sanctionner son salarié, même si des petits filous sont partis sans payer. Donc, en théorie, ta serveuse n’aura pas à sortir sa carte bleue.

Sauf que, on ne vit malheureusement pas dans le monde des bisounours et tout n’est pas si simple.

En effet, en pratique, il y a quand même un grand risque que la serveuse trinque à ta place. Son patron va certainement lui demander de combler le trou de la caisse, bien qu’il n’en n’ait pas l’autorisation. Mais, elle préférera payer plutôt que de prendre la porte.
Du coup, dans ces cas là, c’est plutôt la peur de perdre son boulot qui fait la loi, plutôt que … la loi !

Bon à savoir ? Les employeurs qui s’adonnent à ces pratiques commettent toutefois un délit puni d’une amende de 3 750€ et heureusement, il reste quand même quelques employeurs sympas (et réglo) qui ne font pas payer leurs serveurs. Généralement, dans ces cas là, ils comblent eux même la caisse. Ils peuvent aussi faire jouer leur assurance lorsque de grosses sommes sont en jeu.

Retiens quand même qu’il y a de grandes chances pour que la serveuse règle ta conso. Donc la prochaine fois, n’oublie pas de payer ton mojito !

Lawyered !

 

Par Mathilde Huvet

 

Sources :

https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1521

Code du travail, article L1331-2

Code pénal, article 313-5

https://www.lebonbon.fr/paris/societe/le-resto-basket-a-paris-pratique-rare-ou-veritable-fleau/

http://foodandsens.com/made-by-f-and-s/dossiers-fs/resto-basket-sechapper-restaurant-payer-laddition-phenomene-iquietant/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *