Puis-je devenir député?

En ce nouveau week-end d’élections (oui encore mais t’inquiète, t’es bientôt tranquille) tu te demandes sûrement qui sont ces candidats qui se présentent aux élections législatives et pourquoi toi, qui te voyais déjà en haut de l’affiche, tu n’y es pas.

Si en dépit de nos conseils pour devenir Président, tu préfères siéger dans l’hémicycle, sache que ton conseiller, et désormais suppléant politique Lawyered, est là pour diriger ta prochaine campagne.

Tout d’abord qu’est-ce qu’un député ?

En France, un député est un élu qui siège à la chambre basse du Parlement, actuelle Assemblée Nationale.

Depuis 1988 son élection et celle de son remplaçant éventuel se fait au suffrage universel uninominal direct (oui c’est long comme expression – ça fait smart en société) dans le cadre des élections législatives qui se déroulent dans 555 circonscriptions en métropole et 22 circonscriptions en outre-mer !

Quelles sont les conditions nécessaires pour devenir député ?

Tout d’abord, il y a plusieurs exigences de fond :

  • Être français
  • Être âgé de 18 ans (non tu pourras pas augmenter ton argent de poche en ayant un siège de député si tu es mineur, désolé…)
  • Jouir de ses droits civils et politiques
  • Ne pas être dans un cas d’incapacité ou d’inéligibilité prévu par la loi

Ensuite, niveau conditions de forme, il faut :

  • Être candidat (pour vérifier l’éligibilité) (En même temps si t’es pas candidat peu de chance d’être élu (ce n’est jamais arrivé auparavant mais bon, impossible n’est pas français) (en fait elle est trop inutile cette condition)
  • Respecter les textes sur le financement des campagnes (mouahaha)
  • Depuis 2000, les partis doivent, sous peine de sanctions financières, présenter à parité des hommes et des femmes aux élections législatives et sénatoriales. Les listes pour les sénateurs élus à la proportionnelle doivent respecter l’alternance homme/femme
  • Dans l’hypothèse où aucun parti ou mouvement politique ne te convient, rien ne t’empêche de te présenter sans étiquette ! La notoriété des grands partis politiques sera ton unique obstacle

Lawyered ne doute aucunement de ton aptitude à passer au 1er tour directement (pas de second tour pour les durs) : tu auras alors la majorité des suffrages exprimés et au moins 25 % des électeurs inscrits sur les listes électorales.

Si tu es victime d’un malheureux contretemps (voire un complot digne de House of Cards), ne panique pas, il te faudra avoir obtenu un score au moins égal à 12,5% des inscrits pour retenter ta chance au second tour (attention ça veut pas dire 12,5% des suffrages exprimés… Ok d’accord… On sent qu’à ce stade de l’article on perd les moins matheux d’entre vous haha). Le premier des candidats du 2nd tour sera déclaré vainqueur (tu veux une médaille? Ou une gommette?) et en cas d’égalité ce sera le plus âgé qui l’emportera.

Si tu es élu, félicitations, c’est parti pour 5 ans.

Et la campagne ça se passe comment ?

Alors tout d’abord, sache que la campagne c’est sympa, et puis c’est mieux que la ville (moins de pollution, plus de verdure, les vaches toussa toussa…).

Pour les législatives, la campagne est très encadrée en raison des modalités de son financement. Elle commence très exactement 20 jours avant le scrutin avec une campagne officielle à la radio et à la télévision pour les partis présentant des candidats (trop famousse).

Les fonds que tu vas recueillir pour financer ta campagne sont inscrits sur un compte spécialement ouvert et géré par un mandataire financier. Il doit retracer tes recettes et dépenses ainsi que les avantages en nature consentis à son profit (non la pause coquine avec un autre membre du parti n’a pas besoin d’être inscrite dans ce compte). Attention, il ne peut pas être déficitaire et sera transmis à la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques deux mois après l’élection.

Mais ce n’est pas tout, les dépenses sont plafonnées à 38 000 € auxquelles tu peux ajouter 0,15 € par habitant de la circonscription (alors si t’es du genre à claquer pas mal de biffe, choisis plutôt une grande ville 😉 ).

Ce plafond est actualisé chaque année en fonction de l’indice du coût de la vie mais en 2012, il a été gelé jusqu’au retour à l’équilibre des finances publiques.

Aussi, n’oublie pas qu’une entreprise ne peut pas contribuer à tes campagnes et les dons des particuliers sont eux aussi plafonnés.

Petite récompense si tu fais parti des plus plébiscités ? L’État rembourse les dépenses de propagande (tracts officiels, affiches sur panneaux électoraux et bulletins), ainsi qu’un forfait des dépenses effectives si tu atteins les 5 % des suffrages exprimés dans ta circonscription.

Bon et on gagne quoi en tant que député à part amour gloire et beauté (et de l’argent et du pouvoir) ?

T’inquiète mon grand, plusieurs avantages en nature (héhé) t’attendent :

  • L’immunité parlementaire (mais attention t’es pas non plus intouchable)
  • L’indemnité parlementaire (l’oseille ici)
  • Facilité de circulation (voiture avec chauffeur, déplacements aériens…)
  • Moyens de bureautique et communication (Ordinateur, téléphone…)

Mais bon il faut pas trop prendre la confiance car prends garde à la possible dissolution de l’Assemblée par le Président ! Tu ne pourras pas dire qu’on ne t’avait pas prévenu, n’est-ce pas Frank…

Lawyered !

Thomas Bernard

Sources :

http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/institutions/fonctionnement/parlement/depute-senateur/comment-prevenir-conflits-interets-assemblee-nationale.html

http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/institutions/fonctionnement/parlement/definition/qu-est-ce-qu-depute.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *